Ma première saison Broc

© Quentin Tissot - 10 janvier 2020

Tout a commencé par l’achat du nouveau bateau en juillet 2018. Après avoir fait 1000 bornes pour aller le chercher avec Pierre dans le sud, je décide de ponter cette coque pour qu’elle soit la plus pratique pour la pêche. C’est sans compte sur une aide précieuse de Cédric, Morgan, Pierre et Alexis que nous arrivons à la sortie, un super bateau de pêche.

Le bateau est près, tout beau, tout neuf, pour l’ouverture de la fera. Mais peu importe, sachant déjà très bien pêcher le coregone, cette année ma premier préoccupation est de pêcher le brochet. Pour cela je prends conseil et matériel à tendance nautic et c’est partie pour une saison pleine de promesse. Tout commence par l’ouverture de la pêche sur le lac Léman. Je ne peux pêcher que le matin, donc je décide de me lever tôt. Après avoir mis à l’eau le bateau, je commence à pêcher devant le port tous en suivant le conseil que Cédric m’a fourni. Premier lancer, le leurre tape le sol, je décolle le leurre en commence à moulinet, et la boummm une touche suivis d’un combats pas très violant. Je m’attends pas au big fish. Mit à l’épuisette, le broc fait 66.

La matinée commence bien, je continue ma prospection, mais les heures passent et pas le soupçon d’une moindre touche. 11h, c’est la fin. Je dois partir mais tant pis, j’ai fait mon brochet, la saison est lancée. Quelques semaines plus tard j’y retourne avec 5-6 collègues. On est 4 bateaux est commençons à pêcher. Pas une touche du matin pour les 4 bateaux. 12h nous décidons d’aller manger, mais cela me tracasse de ne pas avoir fait de brochet. Je suis avec Alexis et je lui dis : “on s’arrête juste avant le point de rencontre pour manger et on pêche encore un peu”. Au bout de 3-4 lancers Alexis fait un poisson de 66 cm

Le sourire revient après un matin compliqué. Mais ce n’est pas fini pour moi. Maintenant je veux mon poisson! On continu notre dérive, nous pêchons dans 10 m en début de saison. Je jette mon leurre dans les 6-7 mètres d’eau. Après avoir décollé le leurre du font, je fais quelle que tour de manivelle. Une touche venu de l’espace vient arrêter la progression de mon leurre. Ferrage brute et appliqué, et là je peux dire « poisson ». Le poisson se balade, je n’arrive pas à le contenir avec ma 20-80. D’un coter, de l’autre, devant, derrière, on a fait tous le tour du bateau. Il se fatigue et je commence à reprendre un peu sur lui. Je sais que c’est gros et j’assure pour pas le décrocher. Le poisson arrive à la surface et là les yeux pétillent. Je rapproche le poisson vers l’épuisette et là il ne rentre même pas entier dedans. C’est là que je confirme que c’est du gros. Enfin un poisson que j’attends depuis longtemps! On le pose sur la mesure et là il affiche 123 CM, un truc de malade…

Après quelques photos, le pépère repart tranquillement à l’eau sous mes yeux émerveillés. C’est bon cette fois, on peut aller manger, j’ai fait mon poisson. Une fois un bon casse-croûte avec toute l’équipe, nous repartons pêcher pour l’après-midi. Ce fut les seuls poissons sorties sur les 4 bateaux que nous étions. La saison s’annonce compliquée, mais je peux vous dire que j’en ai rêvé toute la nuit de ce poisson de 123 ! Comme j’ai dit : “la saison s’annonce difficile avec le peu de touches qu’on a pris, mais ce n’est pas grave, il ne faut rien lâcher”.

Quelques jours plus tard c’est l’ouverture sur le lac d’Annecy. Comme à toute les ouvertures, il y a rencard avec toute la clique d’Annecy pêche. On commence à Pécher tôt le matin, mais les poissons ne sont pas au rendez-vous. A midi j’ai une touche, 1 broc de 75 et un broc de 80 pour Alexis; ça s’arrêtera là pour nous le jour de l’ouverture. J’y retourne 1 semaine plus tard mais avec Pierre ce coup-ci, mais d’après quelques infos de pêcheurs, les poissons ont du mal à se réveiller. La journée se soldera par un 89 pour Pierre et un 87 pour ma part. Un poisson du plus dans cette session compliquée, avec pas trop de touche.

Sur le lac d’Annecy pas beaucoup de poissons se font, pourtant à cette période de l’année c’est bien à cet endroit que les poissons sont les plus mordeurs. Nous décidons de retourner quelques jours plus tard sur le Léman. L’eau commence à se réchauffer et les poissons à s’activer un peu plus, mais pas non plus extraordinaire. Quand même nous commençons à pécher très rapidement, nous prenons quelques touches. Mais tout à coup, une touche pas comme celle qu’on avait eu auparavent. Un belle touche où tu sens que le poisson veut ton leurre. Ferrage en règle et pendu. Combat de titane qui fait bien plaisir. Une fois de plus, je sens que c’est lourd. C’est quand il arrive à la surface que je dis à Alexis « ce n’est pas métré mais c’est joli ». Je le pose sur le tapis de mesure et la 99, il manque 1 cm pour faire mon deuxième métré, mais c’est un poisson qui fait tout de même plaisir.

C’est sans compter les nombreuses sortes avec des brocs de 60-70 que cette saison se termine.
Je suis plutôt satisfait de cette saison qui a été dure pour tout le monde.
A bientôt pour d’autres aventures sur l’eau !