Torf Ynymous

Un défi, une aventure!

© Torf Ynymous - 12 octobre 2014

Le Lac Léman, ou le lac lac ou le Léman Léman… car Léman, en Suisse, signifie Lac ! Et oui, je fais le malin, mais je ne l’ai appris que récemment ! Donc, le Léman, est un lac mythique, que tout aficionado du brochet connaît, au moins de nom ! Ce lac a déjà accusé plusieurs brochet record et est réputé pour sa difficulté tant il peut être versatile!

photo_20

Après plusieurs évocations de sorties sur cette « petite » marre, généralement pendant des soirées entre amis pêcheur, nous avons décidés de prendre notre courage à deux mains, et avons arrêté une date ! En fait, nous avions plusieurs choix dans la date……….

Mais celle-ci nous paraissait opportune !

C’est pourquoi, ce samedi matin, avec Fredo, Rico et David-o, nous avons mis nos réveils de très bonne heure, et sommes partis à 5h30 de chez nous. Avec les paupières collées, nous avons, tant bien que mal, réussi à trouver notre chemin jusqu’au port de Ripaille.

Le temps de sortir nos affaires et de nous rendre au bord de l’eau fût relativement court tant nous étions pressés d’en découdre avec les brochets. Car oui, nous ne sommes venus là rien que pour eux !

7839282124_337306d399

Quel lieu magnifique, je me serais cru à Miami, chaque maison ayant un petit ponton avec son bateau. Il y règne une tranquillité absolue, surtout à cette heure très matinale ! La seule compagnie que nous avons eue est un couple de cygne, qui avait l’air de nous souhaiter une bonne journée.

Allez, c’est parti, nous choisissons nos leurres, et commençons à ratisser des eaux peu profondes, au maximum 4 mètres. Forcément, mes LS avec tête plombée de 30 ou 40 grammes sont restés au fond de ma boîte à leurre, bien au sec. Je décide donc de tester mon nouveau leurre, un petit seven, que je ferais évolué entre deux eaux.

Et bien m’en a pris, car au bout de seulement 30 minutes, je me retrouve attelé à quelque chose de surprenant… Une carpe ??? Un silure ???

Ca tire énormément, je ne suis pas habitué ! Je règle mon frein en conséquence, et, vu les rushs que je me prends il n’y a plus de doutes, je crois, que dis-je, je suis sur d’avoir là mon premier brochet record !

Le combat dure, déjà 5 minutes, et les rushs toujours aussi violents ne m’ont pas encore permis de voir les écailles de ce poisson qui m’embarque plusieurs mètres de tresse à chaque coup de queue. Mais qu’importe, plus c’est long, plus c’est bon ! Mon compagnon de jeu rase le fond, emportant au passage sur ma ligne plusieurs kilos d’algues. Une bouée, vite, David se déplace afin d’éviter que le poisson ne vienne s’entortiller autour de la chaîne. Le combat devient fatiguant ! Mais enfin, on aperçoit une énorme masse au fond de l’eau limpide…

Ouah, une poutre !!! J’exulte, je n’avais jamais rien eu de tel au bout de ma canne ! Allez, pas le moment de se déconcentrer, il me faut le ramener ! Le combat durera encore cinq bonnes minutes, et une fois épuisé ce joli brochet vient raser le tube de Fredo, qui en prendra plein les yeux et me fera par la même une superbe vidéo !

Mais voilà, l’impatience, l’émotion et le manque d’expérience m’ont fait commettre l’irréparable… La masse d’algue agglutinée sur mon fil m’empêchant de ramener à moi ce trophée, je décide de les enlever en tirant « un petit coup sec » dessus, et la canne n’y a pas survécue… Me voilà avec une trois brins, non emboîtable… Rhaaa, déjà la deuxième fois que je casse la même canne !

Qu’importe, le poisson est toujours là, fatigué, et il ne me reste plus qu’à le sortir de l’eau. Quelle joie ! 10 minutes de combat plus tard et une canne en moins, je me retrouve avec un joli bébé de 125 cm pour 14 kilos posé sur mon float-tube. La consécration !

En résumé, une superbe journée que j’espère reproduire un jour…

Brochet du Léman en float tube