Thibaud Sanchez Moreno

Quand il fait chaud, pêche le barbeau !

© Thibaud Sanchez Moreno - 14 août 2016

Cet été, rester une journée complète sur le lac d’Annecy en plein cagnard était parfois difficile. Je me suis donc replié sur le Fier, pour me balader, trouver des coins à l’ombre et « péchouiller ».

L’eau était très basse et les truites difficile à décider. J’ai préféré les laisser tranquille de plus du manque d’oxygène dans l’eau,  il y avait un risque non négligeable pour celles ci.

Après avoir trouvé plusieurs groupes de barbeaux sur des postes bien marqués, j’ai essayé d’en tenter quelques uns avec des micros leurres souples comme j’avais l’habitude sur une petite rivière proche de l’Isère.

barbeau de la Vence 2012

Les barbeaux ne répondent pas, je décide de revenir le lendemain avec du comté.

Ces poissons se nourrissent en général en fouillant le fond pour manger les vers et un peu tout ce qui a été déposé par le courant. Le fromage doit dégager une forte odeur qui les faits réagir.

Pour cette pêche, rien de plus simple. Une canne light, un hameçon simple, un bout de fromage avec la croûte pour que l’appât reste bien sur l’hameçon; et une chevrotine de quelques grammes positionnée 10 à 30 cm au dessus de l’hameçon suivant le courant et la distance du poste. S’en suit une pêche facile avec un beau combat à la clé.

Pour avoir une touche rapidement, le mieux est de lancer en amont du groupe est de laisser l’appât dériver jusqu’au groupe ou l’inverse: en aval et faire remonter la ligne délicatement au moulinet pour le poser sous leurs barbillon. Le fait de lancer en plein milieu risque de dissiper le groupe. Pas besoins d’attendre que le poisson engame. J’ai toujours ferré à la touche, ainsi, le poisson a l’hameçon juste sur la lèvre. Ne pas hésiter à appuyer le ferrage, la bouche des barbeaux est assez dur.

Après avoir touché deux ou trois barbeaux sur le même secteur, je change de poste. les poissons deviennent méfiants et ne s’alimentent plus.

Un poisson que peu de personnes s’entêtent à pêcher et qui pourtant est très plaisant.

A vos fromages et à la prochaine.