Thomas Brouillard

Féraaaddiction

© Thomas Brouillard - 29 avril 2017

Apres avoir pris un gros capot la veille en cherchant le broc sur le Bourget, je décide de me rabattre sur l’une de mes pêches favorites : la pêche de la féra

On se retrouve donc sur les coups des 10 heures avec Antoine pour se mettre a l’eau à Albigny.
On y était déjà allé une fois au début de la saison 2016, quand nous venions d’acquérir nos floats, sans grand succès, pour cause, la féra sans écho-sondeur ce n’est pas facile…

Cette fois ci nous sommes tout deux équipés d’écho-sondeurs et après quelques utilisations, je peux vous dire que cela fait la différence ! Bref, on se met a l’eau et on commence a sonder, ne connaissant pas trop notre terrain de jeu du jour. Je vois de beaux échos à 19 mêtres, un peu décollé du fond, je descends ma gambe. Je fais une animation, deux animations, à la troisième je n’arrive pas a décoller mon plomb, « bizarre », je tire légèrement plus fort et je sens un petit coup de tête, je ferre, mon canin est complètement plié en deux je n’avais jamais vu ca ! C’est lourd, je peine à la remonter pourtant nous ne sommes que dans 19 mètres de profondeur, arrivée en surface, je l’épuise et la mesure, 46cm !! Ma première grosse féra d’Annecy avec en prime un combat digne de ce magnifique poisson, un nouveau record personnel atteint. Je suis super content, c’est la première féra de la journée, ça commence bien….

Apres l’avoir manipulée dans une eau à 10 degrés, je suis obligé de faire une petite pause les mains dans les gants. Il ne fait pas chaud en cette fin d’avril, l’eau a perdue 2 ou 3 degrés en seulement quelques jours.

Quelques instants plus tard, un petit gardon se laisse prendre, ce n’est malheureusement pas l’espèce recherchée du jour, il est très fréquent d’en prendre à cette période, juste avant la fraie.

Une petite heure après ma « grosse fera », je repère un écho, toujours dans les 19 mètres. Je descends alors mon plombier, je touche le fond, tends mon fil et commence la douce remontée de mes nymphes, j’ai a peine eu le temps de monter de 10 cm qu’une petite touche se fait ressentir, je ferre, c’est lourd! Elle tire fort et me donne de gros coups de tête, ça doit encore être une jolie. La féra arrive en surface, elle se met a tourner autour de mon float, je la suis tant bien que mal ayant peur qu’elle ne me casse mon plombier fétiche du jour, j’arrive enfin à la mettre dans l’épuisette, après mesure elle fait 47.5cm un nouveau record tombe!! Je suis super heureux, Antoine quant a lui ne comprend pas qu’il n’ait pas eu une touche, mais c’est la pêche…

Je refais une féra peu de temps après, toujours sur le même plombier, Antoine essaie donc de changer de plombier mais ne prendra finalement pas une touche de la matinée. Ayant les pieds gelés nous décidons de revenir sur le bord pour faire notre pause « repas » où les cygnes nous attendent dans l’espoir d’avoir quelque chose a manger.

Nous attendons l’arrivée de Franck et Thibaud pour nous remettre a l’eau. Thibaud prend vite des touches :

Je reprends également quelques féras

Antoine doit bientôt partir, il me demande un de mes plombiers, il ne m’en reste qu’un seul en rouge et noir, il est monté avec des hameçons droit de 12, je n’y croyais pas vraiment mais il l’inaugurera avec une jolie féra de 42.
On continuera à pêcher quelques heures mais le froid aura eu raison de moi, je finis donc cette journée avec 6 féras maillées dont deux jolies et quelques gardons.
Je suis bien content d’être sortie ce jour la malgré le mauvais temps!

A plus, Thomas

Laisser un commentaire

(ne sera pas publiée)

 

(*) champs obligatoires
Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, les données à caractère personnel sont exclusivement collectées pour un usage privée. L'exercice du droit d'accés et de rectification prévu par la loi peut être exercé à l'adresse indiquée dans la rubrique Mentions légales de ce site.