Romain Loste

Les fantômes de l’Allondon

© Romain Loste - 26 juillet 2014

Levé sur les coups de 4h30, je démarre l’auto pour retrouver le Steve et son petit paradis. Au programme de la matinée, une reconquête des techniques de TOC à la nymphe. Mais ça s’annonce mal car une fois de plus le temps est loin d’être à la fête, hormis peut être pour dame grenouille… À mi-course et sous le déluge, je tente néanmoins le coup de fil à un ami, histoire de rassurer un peu mes craintes. « Passe au moins boire le café, on avisera… »

6h, j’entre en périphérie Ouest de Genève, quand le ciel pointe enfin quelques signes de clémences. Cette lueur d’espoir m’empoigne au même titre que la main du Steve, rejoint peu après. Les discutions fusent autour de nos chaleureuses tasses, et catalysent ce nouvel instant de partage entre passionnés. Mais il est rapidement temps de prendre le chemin de l’Allondon, d’épier ses niveaux et prendre un peu la température. Arrivés sur ses abords, l’infusion de tourbe est déjà amorcée, et nous impose des plombées conséquentes. Quelques dérives et pseudos-touches suffiront à décider le maître : « Il faut qu’on descende… »

Steve en Toc à la nymphe sur l'Allondon

On remballe donc sans délai pour reprendre la route, quelques kilomètres vers l’aval, là où les gravières amortissent ces crues dignes d’un mois d’octobre. Le lieu, onirique de par sa brume des premiers jours, sent bon le parcours « initiatique ». L’eau y est encore un peu teintée, mais le flux reste exploitable pour peu que quelques nageoires y soient tapies.

Allondon

Il est enfin temps de se remettre dans le bain. Des mois que je n’ai pas remanié mon anglaise (ou du moins sa grande sœur). Les retrouvailles sont gauches et les coulées maladroites, mais je retrouve peu à peu mes sensations et mon bon plaisir. Steve me désigne au pas de charge les postes à prospecter, et me coach dans ma remise en forme. Malgré des longueurs plus souples et enroulées qu’à mes habitudes, l’adaptation s’opère dans une certaine confiance.

Passé les berges creuses de mes premiers déboires, je me retrouve seul face à la digue de soutien au virage suivant. Mon acolyte, animé par une envie pressante, est parti vaquer à ses affaires en amont et me laisse à mon sort : « Il est temps de lâcher prise et de laisser la veine d’eau se faire allié ». Les lancés s’enchaînent ainsi, à mesure que j’avance à pas feutrés, quand soudain, aux abords du seuil, je ressens un étrange arrêt lourd… de sens. Ferrage réflexe, affolant de faite mon rigoletto qui à son tour se met à dévaler le bouillon. J’ai beau tenir ferme les rênes et suivre d’une course effrénée ma ligne, la pression finie par céder dans un élan de quelques grossièretés : « Et m@&#$ !… décroché… P%&@$# ça ne devait pas être vilain !! »

Crispé sur cet épilogue, je rejoins mon guide du jour après sa pause prosaïque. Pas question de rester canne ballante, alors que nos hôtes se paient la part belle. À nouveau recentré sur ma pêche et mon envie « thymalesque », je m’élance dans un second rand d’hostilités…

 Toc à la nymphe sur l'Allondon

Dans un bras annexe, bien emmitouflée dans son havre végétal, une jeunette se laissera d’ailleurs tenter par l’une de nos friandises épicées. Une touche franche, sans équivoque, pour une première robe des plus stimulante.

Truite de l'Allondon prise à la nymphe au TOC

Mais il nous faut à présent accélérer un tantinet le rythme, pour espérer esquiver les prochaines précipitations et leurs cavaleries d’écumes. Seul les postes susceptibles d’abriter de beaux spécimens font l’objet de nos prospections. Les résultats restent maigres et attendent probablement que l’histoire se tasse.

Allondon

Mais Steve est ici chez lui et ne lâche rien à l’affaire. Il connais l’endroit comme son envers et contre tous. Arpentant les souches, les racines, les veines profondes, il fini par titiller à son tour une petite mouchetée récalcitrante au pelage d’argent.

Steve en Toc à la nymphe sur l'Allondon

Truite de l'Allondon prise à la nymphe au TOC

Le trou suivant sonnera le glas de notre ascension. Un chaudron étroit mais profond, creusé à même la berge et tentaculé de divers racines… À ma première tentative c’est la faute et ma nymphe s’y cramponne. Il fallait s’y attendre. Nul autre choix alors que d’aller jouer les filles de l’air, laissant la barre au capitaine. « Houston on a un problème. »

10566650_914125041947495_942306417_n

A peine le temps de libérer la ligne et de m’extirper à mon tour, voilà que Steve, à l’autre bout du fil hurle à la mort avant de sombrer gentiment dans la fosse… pour finir à la baille. Agrippé à une branche d’un côté et à la canne de l’autre, il arrive néanmoins à garder le contrôle sur ce qui semble être un gros calibre. Bloqué par une branche de travers, le scion se tord par grands coups répétés, sans que l’homme en main ne puisse l’en décoller, et puis… et puis… plus rien ?!! Le 12/°° de bas de ligne n’ayant su y résister…

Tel est pris qui croyait prendre.

IMGP1302

Trempé jusqu’à l’os, il ne reste plus qu’à aller sécher nos abatis à l’embouchure du Rhône, profitant de la chaleur de quelques rayons et d’un bon gueuleton de terroir. Mais la nature humaine étant ainsi faite, je ne peux ré-freiner mon envie de tenter une dernière dérive en face. Ratissant la veine de long en large sous les conseils et le regard du maître-sandwich (porteur de ravitaillements), je fini par me faire stopper à nouveau par une lourdeur et engage le combat : « ça y’est, je tiens un ombre ! »

Combat en TOC avec un beau poisson

Ou plutôt c’est lui qui me tient, pesant de tout son poids. J’ai du mal à maintenir la bride et l’amener à ma rencontre. Un ombre ? Je n’en vois pas vraiment la silhouette… L’indicateur jouant du yoyo à mesure de qui prend l’avantage. Quand enfin tombent les armes et laissent enfin apparaître l’adversaire, les doutes s’effacent : c’est un beau Chevesne Rhodanien. Un premier « Big One » toqué, B@#%£! quelle sensation !!

Chevesne pêcher au TOC à la nymphe

  • jacky jacky says:

    Decidement tu es très eclectique au niveau pêche… en tout cas bravo !
    Jacky

  • Galli says:

    Encore une fois un très bel article et une session qui le fût d’autant plus malgré des conditions difficiles…

    Je t’attends pour la fermeture mon ami avec , comme point d’orgue: la prise de ton premier Thymalus j’espère 😀

Pêche au toc à la nymphe