Romain Loste

Sans histoire

© Romain Loste - 19 juillet 2014

Le nez éparpillé dans les dossiers administratifs et l’organisation des locations, mes occasions d’aller tremper la ligne se font rares. Voilà deux semaines que je n’ai pu mettre les pieds dehors (hors épilogue familial). Terré dans cette désuétude halieutique, je m’attelle tant bien que mal à mettre en ordre la suite du programme…

Mais c’était sans compter sur Romain (encore lui), et son envie de me faire découvrir la carpe en mode « old’s cool ». Une sortie planifiée de plus ou moins longue date et qui sent déjà le grand bol air. Ayant quartier libre les vendredis, nous profiterons du petit jour pour prendre la clé des champs… loin des tumultes touristiques anneciens et autres activités nautiques à la mode. Force est de constater que malgré le mauvais temps répété, il y’a régulièrement foule sur le lac cette saison.

Bref, après un chaleureux passage chez l’ami Pascal (l‘annexe du pêcheur) pour faire le plein d’infos, d’appâts et d’hameçons, nous voici de nouveau investi par le Rhône de Seyssel et de ses environs. Le programme est simple : pêche, pêche, et pêche…
À commencer par une session palmée sur l’une des gravières de Motz. Le soleil tape et la pellicule de surface en est ardemment asphyxiante : « Moyen pour l’activité de messire Esox ». En effet, devant ce désert de touche, je ne peux m’empêcher de lâcher prise à mon tour, et flâner à la dérive au dessus des hauts fonds herbeux, où quelques perchettes batifolent allègrement entre les trouées. C’est alors que se redresse soudain lentement du plateau un curieux rondin… le temps de nous jauger l’un l’autre, d’échanger un regard et voilà que je prends conscience de mon erreur. Un beau brochet, venu se dorer la pilule dans moins d’un mètre, m’observe et s’envole toutes nageoires dehors vers les abysses. « Décidément, ça commence bien… »

S’en suivra un interlude légé avec la gente percidé, nous décidant à remballer les Floats pour une courte escapade pédestre à la fraîcheur du bras mort en contre bas. Quelques sonneries au dur suivies d’un souple en tête à palette ne manqueront pas d’ailleurs d’ouvrir le cloître d’une ancienne connaissance.

Brochet du Rhône

Le soleil se couche, il est déjà temps de regagner le 3ème lac pour y installer le campement et tirer les potences à carpes. C’est avec une attention toute particulière (malgré la fatigue), que Romain sort de ses besaces deux grosses cannes rudimentaires, deux galets de 25 grammes, deux bas de ligne et un sachet de bouillettes, pour commencer ses explications de montages et les travaux pratiques. Billes lochés en pointe, reste à présent le lancé de parpaings, en hauts-lieux stratégiques d’amorçages.

Les triques posées sur leurs supports maison, grelots indicateurs actifs et quelques grumeaux largués à force de bras sur les coups… Il ne reste plus qu’à s’installer pour la nuit, petit casse-croûte en toile de maître, et espérer saisir par chance un départ Au milieu de nos sommeils de plombs.

Session Carpe aux étangs de Motz - Seyssel

Brochet du Rhône