Romain Loste

Réveil à leurre

© Romain Loste - 27 avril 2014

Contacté par la jeune équipe de The power of fishing en formation dans la région, il ne nous faudra pas longtemps pour organiser une initiation Foat-tube sur le Bourget (les brochets anneciens ayant encore droit à quelques jours de répit mérités).

Après un crochet par Faverges pour récupérer Pierre et Richard au saut du lit, nous prenons la direction du Bourget-du-lac pour y retrouver David (de la carna team 38) et mon non-moins-célèbre-binôme Romain. Espérons qu’à cinq furieux, nous arriverons à faire bouger quelques dentitions. Le début de saison est souvent difficile dans nos lacs alpins.

Float tube, lac du Bourget

C’est sous les conseils de David, qui lui a déjà opéré son ouverture, que nous partons en direction de « la baie des aigrettes » et ses roselières plus sauvages. La bise se mêle à notre épopé, rendant la traversée pour le moins sportive. Je garde donc un oeil sur ces deux canetons en herbes et ferme la marche, histoire qu’ils restent à porté de palmes en toute sécurité. C’est loin d’être les conditions idéales pour une première.

Mais mes craintes se dissiperont vite, les deux ostrogoths trouvant rapidement leurs marques pour enfin se lancer dans la partie. Ma première touche ne tardera pas à les suivre, en sortie de mise à l’eau. « L’activité est apparemment en bordures ». Nous éplucherons en conséquent les plateaux jusqu’au delta de la Leysse. Mais entre les rafales répétées qui nous malmènent, et les remous de l’embouchure dignes d’un bon jacuzzi, le moral des troupes décroit au rythme des lancés. Nous profitons donc de la pause casse-croûte sur un banc de sable, pour nous concerter et décider de revoir notre itinéraire. Le vent étant enfin tombé, la suite n’en sera que plus confortable.

Cap donc sur le grand Port, tête branchée au sondeur, si tant est que quelques lavarets y jouent de la nageoires (je ne peux plus m’en empêcher 😛 )… mais rien, un calme pour le moins désertique règne en dessous. Les pilonnes de la digue en vue, les cannes s’agitent à nouveau pour ratisser le plateau. Nombre est fait de pêcheurs du bord installés depuis midi sur la hauteur des quais pour une session dominicale. Afin de ne pas susciter d’animosité et laisser à chacun son espace de jeu, je m’écarte un peu plus au large et fait longer à mon leurre la première cassure qui s’annonce. Les passages s’enchaînent sans tenant, quand soudain me voilà stoppé net en fin de course, à tout juste 4m du float. Le combat ne sera pas long pour cette « saucisse » maillé qui finira rapidement à l’épuisette.

Brochet au leurres au lac du Bourget

Cet événement en restera pourtant isolé. Romain sera le premier à abdiquer et à partir le canin en l’air en recherche d’habitants plus réceptif. À ses premières touches, c’est l’effet de masse, et chacun s’équipe de mes petites gambes à 3 nymphes. Aucun lavaret (féra – corégone) en vu, mais quelques perchettes collées sur le fond, et qui feront ainsi le bonheur de notre fin de journée.

Pêche à la gambe en float tube, Lac du Bourget,

Perche à la gambe en float-tube sur le lac du Bourget

Perche à la gambe en float-tube sur le lac du Bourget

Pêche à la gambe en float tube, Lac du Bourget,