Romain Loste

Et marche à l’omble

© Romain Loste - 30 mars 2014

Avec une heure de moins en plus, le réveil est un peu difficile ce matin. Mais la pensé d’écumer la goutte annecienne, en compagnie de Giordann, n’augure que de belles promesses. En clair, ça va gamber sec et cintrer du canin !!

Mise à l’eau et départ pour 8h30 (7h30), la consigne est donnée d’explorer de nouveaux territoires. « à tes ordres Capitaine ! Passe devant, je te suis… » Le lac est d’huile et le ciel voilé, nous sommes en bonnes dispositions pour laisser tinter au mieux nos plombiers. Le premier poisson arrivera d’ailleurs assez vite dans les mains de Giordann (normal). Un petit omble rapidement décroché, accompagné de peu par ma première touche. Les coups de tête sont marqués, et je me vois déjà caresser également la cuirasse de mon tout premier chevalier lacustre (de vie de pêcheur). Mais le destin en décidera autrement et m’accordera la prise d’un robuste féra-illon, probablement égaré sur le secteur.

Corégone - Féra - Lavaret, Lac d'Annecy

Sur les conseils de mon hôte fort d’expériences (et de ma petite déception), il troc ma ligne contre l’une des siennes. Hameçons plus petits et plus flashantes, montés pour « l’essai », et davantage susceptibles d’intéresser un Salmo en armure.

Les postes et dérives s’enchaînent de long au large des berges, mais la taille des féras reste inchangée… percidés compris. À croire que les portes de garderies sont restées ouvertes. « Ce n’est pas la taille qui compte, mais le plaisir qui en découle… » à ce qu’on dit. Ces corégones juvéniles restent néanmoins des trésors issus de la reproduction des années précédentes, et doivent être manipulés avec soin pour garantir leur avenir (d’où notre volonté de les dégrafer au plus tôt).

« Il nous faut surtout trouver leurs parents ». Ceux là même qui jouent aux fantômes, ou tout du moins, avec nos nerfs.
Visibles au sondeur, installés au cœur de la colonne d’eau, ils patientent avec frivolité pour nous attirer, tel les sirènes d’Ulysse. Le temps pour nous d’ancrer le bateau, et les voilà déjà disparus, sans laisser la moindre trace. Et pour ne rien arranger à l’histoire, le vent et les vagues se lèvent de concert et entonnent leur requiem… Ce ne sera que sur le chemin du retour, les batteries mentales et matérielles faiblissantes, que nous retrouverons enfin un semblant de raison. Ainsi que le sourire du maître qui ne peut qu’en dire long… sur la méthode à suivre.

Giordann Pian, Guide de pêche sur le lac d'Annecy

Corégone - Féra - Lavaret, Lac d'Annecy

Sa quête s’achève, la mienne demeure… Jusqu’à l’ultime moment où soudain un soupçon de tressaillement me fait agir et courbe généreusement mon scion. Bien soupesé, ça n’as pas l’air gros, mais ça gigote fort et tente à plusieurs reprises de plonger dans les abysses.

Pêche à la gambe, Lac d'Annecy

Le voici enfin, cet impérieux Salvelinus alpinus qui m’a tant travaillé cette journée. Le temps d’une rencontre, d’une photo, d’une remise à l’eau, et le voilà repartit dans ses profondeurs. La boucle est bouclée 😉

Omble à la gambe, Lac d'Annecy

Encore merci Giordann pour cette super session en ta compagnie. Nous n’avons peut être pas le même tempérament de premier abord, mais nos simples échanges me touche et me porte à croire que nous avons du moins la même ligne 😀

Garde la pêche mon ami !! Tu es ici chez toi…

Omble à la gambe, Lac d'Annecy