Romain Loste

Rencontres du 15 août #2

© Romain Loste - 15 août 2014

Encore de belles rencontres en ce jour de 15 août. Même si la météo n’a pas vraiment évolué depuis Juillet, quelques uns de mes contacts ont su me persuader de ressortir les palmes. Nous serons donc cinq aujourd’hui à profiter des inter-gouttes et tenter nos chances sur le lac.

Sébastien, un stéphanois en visite dans nos contrées, Christophe et Julien, du magasin Le Rond dans l’eau, et Romain, mon fidèle acolyte, ont répondu présent pour prendre part dans cette pluvieuse escapade. Mettant à l’eau sur Sévrier, je suis tout de même un brin sceptique (pour ne pas dire perdu) et ne sais pas vraiment par quel bout commencer.

Lac d'Annecy en float-tube

Dans le doute, et comme le reste de mes camarades, je me suis équipé large pour prévenir aux plus actifs. Mais à peine sur l’eau, seul le charme de mon canin l’emporte, et emboîte le pas de la bande, dans une folle course « ro-gambe-olesque ». Aucun de nos invités n’étant encore initiés aux mystères des corégones, c’est donc l’occasion. Oui mais voilà, sans point de repère, notre procession s’annonce pour le moins hasardeuse… Je tente quand même quelques longueurs de sondes à grands coups de jarrets, pour me faire une idée des tenues piscicoles, mais sans franc succès. C’est alors que mon téléphone se met à sonner dans l’une de mes sacoches : Allô Romain ?!!

« Tu vois quelque chose là où tu es ? Non parce que de mon côté, c’est noir de monde… »

« Parfait, garde-les en vue… on arrive !! »

Il ne nous faudra pas longtemps pour le rejoindre, et laisser à notre tour glisser au fond nos trains de nymphes, et à cela, deux écoles s’affrontent. En effet, alors que nous déroulons nos gambes en majorité tricotées par mes soins, Christophe et Julien étrennent eux quelques montages Vertigone. Une nouvelle marque dédiée, développée et soutenue par la grande maison JMC – Mouches de Charette, et que j’aurais probablement l’occasion de vous présenter dans un prochain article.

Bref, après une courte explication, chacun y va de sa couleur, de sa taille, de sa forme… et entonne, concentré, le rythme de son animation. Romain sera le premier à encaisser des touches. Monté comme Sébastien sur de courtes gambes à 3 nymphes (réglementaire pour les non-titulaires du permis « sonde / bateau »), la tâche est rude pour eux d’éplucher la colonne d’eau, et les oblige à chiner d’avantage les bancs actifs sur le fond.

Ce sera à Christophe d’ouvrir le bal et faire chanter les roulements de son frein. Je m’empresse de lui porter main forte pour épuiseter la belle, sans épingler sa ligne dans le filet. Le sourire jusqu’aux oreilles, voilà un nouveau « mordu » de corégonite aiguë.

Pêche du corégone (féra - lavaret) à la gambe en float tube, sur le lac d'Annecy

Pêche du corégone (féra - lavaret) à la gambe en float tube, sur le lac d'Annecy

Il enchaînera ainsi deux beaux spécimens, dont un approchant le demi-mètre…
De quoi fanfaronner pour une première !! 😀

Maintenant que l’on y voit un peu plus clair sur leur tournure alimentaire, il est temps de concrétiser les théories. Les années précédentes, il se disait qu’en cette période dame Féra avait d’avantage d’attrait pour les plats lights « planctonnés » que pour de bonnes bouchées en 14. À croire que la pluviométrie a eu raison de leur « diet-éthique » estival, mais n’entache pourtant la réputation de ces bouches pointilleuses : « Aujourd’hui seul un pattern fonctionne. »

Pêche du corégone (féra - lavaret) à la gambe en float tube, sur le lac d'Annecy

Féra du lac d'Annecy en Float-tube

L’activité retombant avec les ondées et le moral des troupes, Sébastien et Romain partiront à l’assaut des brochets. Mais d’infimes contacts subsistent et m’exacerbent, au point d’en oublier de les suivre… La pause de midi aidera d’ailleurs à lâcher prise. Nous reprendrons ainsi un peu de nos esprits et de nos forces, si tant est qu’il nous en reste encore… La remise en route en sera d’ailleurs sévère, mais Sébastien finira par remonter l’ultime étincelle de motivation.

Féra du lac d'Annecy en Float-tube

Avant que la dernière salve climatique incarne le point d’orgue de notre épopée. Il est grand temps de rentrer se mettre au sec, n’en déplaise à certain. Oui Julien, ne t’en fait pas, nous aurons bien d’autres occasions pour revenir éprouver nos nerfs sur ces « poissons du diable »… 😛

Pêche du corégone (féra - lavaret) à la gambe en float tube, sur le lac d'Annecy

Féra du lac d'Annecy en Float-tube