Romain Loste

After Hooks

© Romain Loste - 24 juin 2015

En formation WordPress « développements avancés » cette semaine, mon esprit a tout loisir de s’échauffer aux bonnes pratiques d’implémentation de divers « Hooks » (points d’entrées dans une programmation procédurale), chatouillant d’autant mon éponyme envie grandissante d’halieutisme.

Il est 18h passé. Pour la première fois de l’année, je pars seul, avec ma bête et mon combo, à l’antre de mon exutoire. Le Fier y est déjà paré de son maillot d’étiage, bas et piqué de turquoise. Tout semble ici chanter une relative quiétude estivale. Bandant mon carbone, je n’ai pris d’autre choix qu’un petit poisson-nageur du Monde de la Truite. Il faut avouer que j’en ai toujours été fan (aussi bien du leurre que du webzine), surtout avec pareil finition, et armée « in stock » d’hameçons simples sans ardillons… on frise la décence. Y’a pas à tortiller, en action, ce coloris nuptial de vairon éperdu est réellement « de toute beauté ».

Illex tinyfry 50 SP LMDLT

Illex tiny fry 50 SP LMDLT

J’attaque ainsi cette épopée sauvage dans le premier radier qui se présente, tapis tel un vieux trappeur sioux, et constate assez vite que les crues historiques de début Mai ont (à priori) épargné cet étroit passage d’éden. Espérons que ces belles dames en aient fait autant. Au troisième lancé, une masse cendrée s’annonce et talonne ma dérive jusqu’en bordure, ne me laissant place qu’à un ultime jerk que j’espère salvateur… « POISSON !! » L’assaillante ne se laisse néanmoins pas compter fleurette, danse la gigue d’un élan libérateur, puis repart à ses grands espaces. Malgré cette déconvenue, j’arbore un large sourire aux lèvres, et reprends de plus belle mon ascension… « Ce n’est que la première manche !! »

Pêche au leurres dans le Fier, Haute savoie

Mais la pêche semble me fuir, car après 3, 4, 5 poissons décrochés sur chandelles, ce n’est plus la même musique et c’est le bonhomme qui se met à douter de ses choix, de ses gestes, de ses compétences. Chaque assaut se dépique dans la seconde : « à croire que je ne suis vraiment mauvais ce soir !! ». Je n’arrive pas à saisir le pourquoi, alors que le soleil s’éclipse déjà derrière les promontoires. Tant pis, il me faut me résigner et faire demi-tour.

Un ultime lancé d’espoir au sentier, laisse filer ma bobine au gré des flots. Je ne perçois pratiquement plus mon leurre, ballotté, qui s’anime au loin, et gratte ces méandres à mesure de mes rotations de manivelles. Quelques tirées entre les blocs déclareront peut être l’esquisse d’une embuscade ? Le choc ne tarde pas et engage un bras de fer à plus de 15 mètres. Je garde ma canne basse et reste calme. Le capot se joue dans cette échange, rien ne doit lâcher… « Jeu, set et match !! »

IMGP0678

Comme quoi, il faut y croire jusqu’au bout !!