Romain Collomb

Sand-regret

© Romain Collomb - 14 juin 2014

Cet après midi une partie de float était programmée sur le Rhône avec l’ami Romain. Baptiste était également de la partie pour une première sur cette fameuse bouée de pêche. Le soleil, la bonne humeur au rendez-vous, tout pour réussir une belle session…

Pourtant les prémices de notre aventures ont plutôt mal débuté… le float de nouveau troué, et un déluge sans nom nous accompagnant pour entamer notre traque des carnassiers. Tous les petits désagréments d’un véritable vendredi 13 seront présents.

En effet, à peine les premiers coups de palme, brisant la tranquillité des lieux, que le rideau tombe… au sens littéral  du terme; un épais rideau de pluie, descendu par un orage monstrueux, s’abat sur nous, nous martelant le visage à coup de grosses gouttes.

pluie rhone

l’orage est juste au dessus de nos têtes, et avec tout le carbone qu’on se trimbale au milieu de la flaque, nous sommes des cibles de premiers choix pour les armes de Zeus 😉 nous préférons jouer la sécurité et nous mettre à l’abri le temps que ça se calme. Oui mais… étant bloqué par les montagnes, ce satané orage a du mal à foutre le camp. On s’arme de patience, et se réfugie dans la voiture… oh que le temps passe lentement…

Les trois dernier coups de tonnerre sonnent enfin le levé de rideau. L’acte deux peut commencer…

Nous revoilà alors à patauger au milieu de l’eau qui a perdu tout de même 3° en surface. C’est pas plus mal, parce qu’un petit 26° ça commence à faire chaud pour la pêche…

Bref, les berges sont gavées d’alevins et ça mouche un peu partout… il doit bien avoir des becs tapis dans l’ombre des herbiers déjà très présents. On opte tous les trois pour des stratégies différentes, du dur, du souple et du top water… Mais au bout de 45 min rien n’y fait… rien ne trahit la présence du moindre carnassier et ne vient alors perturber cette sérénité ambiante qui règne en ces lieux… c’est vrai qu’on est au calme ici, et ce n’est ni monsieur le cygne, ni son voisin le ragondin qui viendront me contredire.

Je choisis alors de fausser compagnie à mes deux collègues, pour aller chercher plus de fraîcheur de l’autre côté, là où le courant vient taper contre la berge. J’ai monté sur ma canne light un petit Lipless et m’applique à peigner toutes les couches d’eau.

C’est après un lancé près de la berge, qu’à mi-chemin je me prends une grosse cartouche… puis un poids mort au bout de la canne. Je crois ramener une souche quand je vois ma tresse partir sur le côté… Plus de place aux doutes: poisson. Je gueule alors comme un goret, pour prévenir les autres. Romain s’élance à grands coups de palmes 🙂

Pendant ce temps là; la canne cintre et le moulinet crisse. Mais le combat n’est pas violent, je crois même avoir harponné une carpe. Mais près de la surface, je vois le poisson et là c’est l’explosion de joie…. AHHAhahaf, Oh que oui, YES (je vous refais mon explosion de joie;)

Après quelques rush, je finis par saisir le poisson pour la photo et Romain arrive dans le même moment, un peu essoufflé 🙂

Sandre du Rhône en float tube

Un vrai bonheur de sortir un bestiau pareil, et sur un ensemble truite c’est encore plus cool. Messire Sandre avait faim, le leurre a fini en fond de gueule

Lipless dans la gueule du sandre

Un moment magique, même trempé, sans regrets. Merci Romain pour cette course folle, et c’est encore plus cool de partager des moments comme ça.

Sandre du Rhône en float tube

A plus

Sandre du Rhône en float tube