Romain Collomb

Poissons Picards

© Romain Collomb - 25 avril 2017

Je ne vais pas vous parler de surgelés à travers cet article, mais bien de mes sorties en Picardie.

Mais d’abord, je vous présente un petit nouveau qui aura un rôle important plus tard dans l’histoire.

Voici un petit PN que je viens de terminer pendant les vacances. Je l’ai fait non-bruiteur et suspending. Dès la première sortie, il sera validé par la prise d’un beau pépère sur le Fier en compagnie de Thomas et Ced.

Mais malheureusement, je casserai la bavette juste après. Pas grave, j’ai récupéré une résine bi-composant chez les grands-parents et la bavette ne bouge plus. Je suis donc allé essayé de nouveau mon leurre avant la fin des vacances, dans une rivière de par chez nous, et j’ai touché quelques truites avec… Un vrai bonheur. C’est tellement excitant de prendre du poisson avec ses leurres, je suis comme un fou à chaque fois… D’ailleurs, si un jour vous entendez gueuler au bord d’une rivière, c’est peut être bien moi.

Bref, je m’étends un peu là, mais nous ne sommes toujours pas en Picardie que je sache.

Dimanche dernier sonne la fin des vacances pour moi, et je reprends la route pour le nord après mon devoir citoyen. Avant les vacs, j’ai prospecté les différentes zones où je pouvais pêcher sur la rivière la plus proche, et après deux capots à l’ouverture, j’ai croisé la route de quelques poissons. Des truites, des perches et des petits brocs. Il y a même un gars qui a fait un sandre; drôle de première catégorie. Les truites que j’ai touché étaient toutes des Arcs de bassines, calibrées à la même taille, c’est un peu décevant. Mais si je les prends avec mon PN ça sera plus amusant. C’est donc avec lui au bout de l’agrafe que je pars dès lundi soir après le taf au bord de l’eau.

Au bout de 5 min, première Arc, le plaisir est là et les cris au bord de l’eau aussi. Une demi-heure plus tard, c’est une jolie perche qui vient s’emparer de mon leurre juste dans mes pieds. Puis j’observe deux gros chevesnes dans le contre courant, premier passage, loupé, deuxième passage, loupé… Je ne reverrai plus les pépères qui sont allés se cacher dans le courant. Mais en voulant les retrouver, j’observe une masse sombre en bordure. Après un lancé sous les branches mon leurre arrive près du poisson, je le vois se décaler subitement pour venir coffrer mon leurre… BOUMMM!!! grosse cartouche. Sur une chandelle je vois qu’il s’agit d’une belle truite. Le leurre est entièrement dans le bec, je suis confiant. Mais sur des coups de tête je le vois sortir de la gueule. A ce moment là je crois avoir perdu le fish, mais le frein se déroule encore. Ouf, elle a ouvert l’hameçon de l’arrière, mais le centrale a tenu bon. Bref, après trois loupés d’épuisetage, elle finie par entrer dans la filoche. YES!!! Oh le boucan que j’ai fais au bord de l’eau.

La belle m’a laissé de belles traces de dents sur mon leurre, et après ça j’ai eu du mal a me remettre dans la pêche. Mais je toucherais encore deux truites AEC et un gros chevesne. Une super session qui me laissera des souvenirs plein la tête et un bonheur fou d’avoir pris l’ensemble des poissons avec un seul leurre… ma petite création.

A plus.

Laisser un commentaire

(ne sera pas publiée)

 

(*) champs obligatoires
Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, les données à caractère personnel sont exclusivement collectées pour un usage privée. L'exercice du droit d'accés et de rectification prévu par la loi peut être exercé à l'adresse indiquée dans la rubrique Mentions légales de ce site.