Romain Collomb

A la découverte du Rhône

© Romain Collomb - 5 décembre 2015

Après la fermeture de la truite il me fallait trouver un autre plan pêche. Et même si la pêche en float sur les grands lacs est passionnante, je voulais voir autre chose. J’ai donc regardé au plus près de chez moi, pour pouvoir faire les coups du soir, et c’est en direction du Rhône que j’ai ciblé mes sorties. Mais les jours étant de plus en plus cours, ce sera des pêches du bord pour une découverte de différentes zones après une recherche sur Google map.

Fin septembre, j’attaque donc mes escapades Rhodanienne et j’apprécie ce genre de pêche où on ne sait pas quelle espèce peut être au bout du fil.

Brochet du Rhône

mais la première prise sera un broc…

J’ai choisi de ciblé mes sorties sur le Rhône pour justement varier un peu les espèces, et j’aimerai bien piquer un sandre ou un silure, des espèces que l’on a peu l’habite de rencontrer.

Alors j’adopte différentes techniques et différents poissons viennent me faire un petit coucou…

Perche du Rhône Perche du Rhône

IMG_076112170686_482504151923523_1379312503_n

Cependant, l’espèce majoritaire reste le brochet

IMG_0694

IMG_0755 IMG_0822IMG_0818

Après plusieurs sorties, ce sont toujours les becs les plus présents, c’est pourquoi je me suis mis à pêcher plus petit, avec des leurres de 2″, pour chercher en priorité les perches en drop shot, mais la encore ce sont les becs qui répondent présent, mais en 21/100 sur du light c’est plus sport.

IMG_0706

En effet, au fil des sorties, il semblerait que les perches aient déserté les lieux. Pourtant les brochets sont toujours en poste, les coupes et les casses sont alors fréquentes sur du matos pour la perche.

L’idée étant de découvrir un maximum d’endroits et une fois que j’ai prospecté une zone une ou deux fois du bord et que j’estime que ça en vaut la peine, j’y retourne en float pour prospecté plus en profondeur. C’est ainsi que ce dernier lundi je pars en float pour la matinée avant le travail. Je retourne au même endroit que notre dernière escapade avec l’équipe. Mais le niveau est cette fois ci plus bas. Pourtant ça cours beaucoup plus au milieux du canal et je ne sais pas s’y je vais parvenir à résister au courant. En effet, ça pousse bien, je suis obligé de palmer fort pour faire du sur place. Je me mets en plein courant dans les 8 m (en fin de cassure) et attaque en verticale, mais mon leurre se fait emporter. Je change le grammage et laisse descendre mon leurre dans les palmes. Je le décolle un peu et c’est la grosse cartouche. Je suis sur ma canne 10/30 et sans bas de ligne. La canne est cintrée et j’espère un gros sandre ou un petit glane, mais quand je vois le client je sers les fesses pour que ça passe. Il rentre une première fois dans l’épuisette mais en ressort aussitôt. La pression monte: « punaise mais qu’est ce que j’ai foutu ». Le poisson sonde une dernière fois et entre enfin dans la filoche où il se décroche, ouf, j’ai eu chaud.

IMG_0861

au bout de 5 min de pêche une méchante touche en verticale, et un beau combat dans le courant, il fait plaisir celui là.

N’arrivant pas à résister face au courant, je décide de traverser, je me pose alors sur un tapis d’herbier et lance bien en amont en plein courant. Au deuxième lancé, je suis pendu.

IMG_0864

Pour la suite je me fais emporter par le courant, avant de trouver une zone de contre courant où j’enchaînerais pas mal de tapes et sortirais deux petits broc de plus. Mais toujours pas de silures ou de sandres…

A plus.