Michael Ponard

Lacustre en rivière, à la mouche c’est aussi possible !

© Michael Ponard - 13 avril 2016

Hello à tous,

je profite d’une belle journée (de pluie) pour rédiger ce qui sera officiellement mon premier article sur Annecy pêche… Et non pas n’importe quel article, puisqu’il s’agit de ma première truite lacustre prise en rivière, et cerise sur le gâteau à la mouche !

Nous sommes le jeudi 7 Avril, l’ami Michel L. est bien arrivé à la maison et nous commençons par dévorer rapidement quelques pizzas pour reprendre un peu d’énergie… L’heure tourne vite, et rapidement nous devons faire un choix entre décoller ou succomber à l’appel de la sieste, qui je dois être honnête, se fait vivement ressentir en cette période de post hiver. En bon pêcheur, la décision est vite prise et c’est avec motivation que nous partons… Oui nous partons .. Mais où ? Borne ou les affluents du Léman, très prisés en ce début de saison.

leman

Petite analyse des conditions avant de choisir la pêche du jour. Un choix important qui peut s’avérer souvent primordial pour réussir! Il faut se rappeler que le niveau de nos rivières est conditionné par 2 facteurs principaux. 1-La fonte des neiges 2-Les précipitations, en bref les pluies !

Après une rapide ballade sur les rives du Borne, une semaine en amont j’avais pu constater que l’eau était déjà bien tendue.. je crains donc que la pluie de la veille n’est fait qu’augmenter davantage le niveau de l’eau. Sur ce constat, nous anticipons et partons donc pour la pleine en direction des affluents (Foron, Redon, Pamphiot…) pour les plus connus, je resterai évasif sur ce point pour protéger ces lieux.

14h: arrivée sur place, nous constatons rapidement avoir fait le bon choix avec de nombreux indices prometteurs.. L’eau est basse, juste un peu teintée ce qui est une bonne chose et nous observons de nombreuses éclosions (les premières de l’année pour ma part). Rappelons nous que nous sommes en plaine avec une température d’eau plus clémente aux alentours de 8-10 degré, qui marque le début d’activité des poissons.

14h30: Déjà environ 30 minutes de pêche et pas le moindre signe d’activité, à noter qu’un pêcheur est devant et sa grimace semble en dire long. C’est un tocqueur me dis-je, nous avons alors encore toute nos chances (non pas que les tocqueurs ne soient pas de brillants pêcheurs, loin de la cette idée et étant une pêche que j’apprécie beaucoup également !), mais tout simplement parce que l’appât n’est pas le même (et nous avons vu des éclosions, ce qui signifie que nos amies les truites doivent s’en gaver et souvent concentrées sur un et UN SEUL type de proie à la fois) ET QUE les dérives et les courants pêchés ne sont pas les mêmes.

14h35: 5 minutes plus tard un énorme Boom dans la canne me fait comprendre que nous avons bien fait d’insister. Le poisson me semble en effet gros et colle le fond. « C’est trop gros pour une Fario » m’exclame alors à l’ami michel au premier plan du spectacle (petit veinard), « on dirait une arc, il y a eu des lâchés pour l’ouverture », maiiis non, attends, il y a des points gris et noir  »c’est une lacustre ». Mon cœur palpite alors et j’ai conscience de tenir la première lacustre de ma vie, qu’elle joie.

J’épuise alors  »rapidement » la bête, puis c’est au tour de michel de l’épuiser, avec succès. On l’a tient, voici alors la photo de l’instant ci-dessous :

mms_20160407_2mms_20160407_5

Très content donc, mais parlons un peu technique et essayons de comprendre le pourquoi de cette pêche réussie. Je suis intimement convaincu qu’il s’agit d’une succession de bon choix qui nous conduisent à un beau poisson: eau teintée=discrétion de l’approche et nourriture en dévalaison, choix d’une rivière de plaine à eau plus tempérée pour l’ouverture, sont les paramètres qui me semblent les plus important à retenir.

Oups, nous n’avons pas parlé de mouche, ou plutôt de la taille de celle-ci !

JBNBVous connaissez sans doute la JBNB, redoutable mouche en rivière de chez Devaux. Si si ! regardez bien dans vos boites je suis sur que les 3-4 d’entre-vous la possède, sinon c’est une erreur cette mouche étant une des plus pêchantes dans toutes les rivières du monde. Bref, une bonne mouche à posséder et petit indice, si vous ciblez des gros poissons, comme des lacustres, pêchez gros (8-10). A gros leurre, gros poissons, cela me rappelle étrangement la traque des carnassiers et les pêcheurs de brochets s’y retrouveront.

 

 

Voilà, je crois que je viens de finir ce qui sera mon premier article, et m’amènera vers un autre sujet rapidement, dans la logique de la taille des nymphes, le grammage des nymphes, qui peut avoir une conséquence capitale.

Bonne pêche à tous,

A très vite

Michael P