Julien Tranchino

On reprend les mêmes en différé et on recommence

© Julien Tranchino - 24 mai 2016

Je vous avais fait un petit récapitulatif l’article précédent sur le début de la saison, voici la suite des aventures. On est toujours en mai, et toujours les pieds dans l’eau. Et nous avons une bonne nouvelle pour ce début de mois : le retour de Lucas.

Le retour de Lucas pour deux semaines de trêve haut-savoyarde dans sa nouvelle vie québécoise. Il faut savoir que c’est grâce ou à cause de lui (choisissez), après m’avoir contaminé pour aller faire des balades en forêt, si je suis pêcheur aujourd’hui après avoir eu comme idée il y a quelques années « Viens on se prend une canne et on essaie ». Je lui ai présenté Christophe qui pêchait déjà depuis des années et c’est ainsi que le trio de choc débuta. Et le voilà de retour pour une durée très limitée dans la région, je saute sur l’occasion et je l’embarque sur une de nos rivières fétiches, sur les traces de nos débuts : la Menoge !

vue3

Il fait beau et doux, l’eau est cristalline mais voilà il parait que la canne à mouche prenait trop de place dans la valise donc je le suis au toc mais en nymphe. Quelques touches mais sans suite. Lucas rencontre quelques difficultés et enchaine les acrobaties pour se libérer.

11 Menoge Lucas 2

Je finis par avoir une belle attaque et je vois la truite sous l’eau, ce n’est pas un alevin. La joie s’empare de moi mais je déchante vite : j’ai perdu l’habitude de pêcher au toc et je ne sais pas comment faire pour sortir la belle avec ma canne de 5,70 m dépliée au maximum. Sous des branches basses avec peu d’espace à gauche et à droite je me résous à la laisser se décrocher. Nouvelle résolution je ne déplie plus ma télé-réglable qu’au minimum, ce qui sera bien assez. On enchaine les postes et je remarque qu’autant Lucas que moi nous ne pêchons pas sous la canne de manière traditionnelle au toc mais en faisant des posés roulés ou des lancers à l’arbalète. J’aurais vraiment dû venir avec ma canne à mouche.

12 Menoge Lucas 1

Quelques touches furtives et d’autres poissons qui arrivent jusqu’à nous. Nous arrivons à un beau poste, sous un arbre, à l’ombre avec plusieurs veines de courant sous l’eau. Première et seconde veines, une dérive chacun mais rien. Troisième veine je laisse l’honneur à Lu je le suis et hop une attaque sur ma nymphe. Madame est moins imposante que celle de tout à l’heure mais ce n’est pas une truitelle. Cette fois je n’ai pas fait la même erreur, allé viens dans mon épuisette !

13 Menoge truite

Nous ne repartirons pas sans photo, au moins pour marquer le coup.

Sur le chemin nous croisons quelques truites et truitelles qui s'attardent dans les courants.

Sur le chemin nous croisons quelques truites et truitelles qui s’attardent dans les courants.

Quelques constructions éphémères sont aussi visibles, j'ai fait une petite sélection.

Quelques constructions éphémères sont aussi visibles, j’ai fait une petite sélection.

Samoens

Fin mai : Lucas est déjà rentré au Québec, Christophe est depuis peu en hôpital de jour et a donc des journées de libre pour retourner pêcher. Il n’est pas encore totalement remis, les difficultés se voient mais son envie est forte et juste pour cela, ça fait du bien !

Direction Samoëns, au Lac aux Dames. Après de longs mois, il retrouve une canne en main et on reforme un autre trio : Chris, Steve et moi.

Samoens Chris Steve

 

Samoens Chris

Première sortie à la cuiller qui ne nous donnera qu’une perche. On y retourne à la mouche et Christophe est motivé.

Malgré la couleur du lac qui ne donnait pas franchement envie, Chris n’a pas abandonné et tourne petit à petit autour du lac. Quelques touches mais les deux qui ont été sorties étaient dans la même zone : vers l’arrivée d’eau.

Il n’a pas perdu la main !

Quelques photos encore pour vous faire voyager un peu, petite escale savoyarde, petit repérage pour de futures parties de pêche

vue7

Parfois, tous les chemins ne mènent pas au bord de la rivière !

vue6

vue5

vue4

vue9

vue8