Julien Tranchino

Fricassée de truites sur son lit de rivière

© Julien Tranchino - 1 août 2018

Il est vrai que cela fait longtemps que je ne poste pas, ce n’est pas que je vous boude, mais plutôt que mon matériel commence à s’accommoder de la poussière et des toiles d’araignées environnantes. Je suis quand même sorti quelques fois cette saison — trop peu à mon goût — mais cela n’était pas toujours des plus glorieux. Pour cet article, je vous ai préparé une petite recette à base de truites vivantes saupoudrées de leur état naturel. Car oui la pêche c’est aussi des recettes ! Mais pas de cuisine…

1 . Ingrédients : Pêche en terre inconnue

Nous commençons cette recette par un début de saison hors territoire habituel. Pour cause de travail, j’ai dû délaisser les rivières haut-savoyardes pour une contrée lointaine : le Pays de Gex. On ne se moque pas, l’environnement n’est pas le même et je ne connaissais pas les spots, il y a de quoi se sentir déboussolé. Après quelques — nombreuses — tentatives infructueuses dans différentes rivières, et grâce aux conseils d’un bon ami bien sympathique (David pour les intimes), j’ai fini par en leurrer une, à vue, en représailles de la méchante feinte qu’elle m’avait offert la veille. Ça peut piquer un joli poisson en plastique. S’en suivront des décrochés, à la fois beaux et acrobatiques et des capots à la fois moches et simplistes.

Attention, on ne peut pas marcher dans l’eau en début de saison, mais un drone peut allègrement passer au-dessus.

2. Préparation : Pêche en terrain connu

Pour la préparation, je vous propose de retourner dans un coin que je connais bien et que j’affectionne toujours autant : la Menoge ! Et oui, emmenez-moi voir d’autres contrées, d’autres cours d’eau, je reviendrai toujours vers elle. Something called love… Plusieurs sorties, parfois accompagné, parfois non (parfois lavé, parfois non). Je me répète surement, mais la Menoge n’est pas la rivière où je m’attends à faire de grands monstres assoiffés d’insectes mais des truites avec des robes qui ne me déçoivent jamais.

Une gourmande venue dire bonjour à Chris.

Vu quatre en une session de pêche !

 

3. Cuisson : Pêche Savoyarde

Avant de servir le tout, il faut bien entendu faire un tour par le four ! Et ça tombe bien, niveau cuisson, cet été c’est canicule et thermostat tourné au max. Il est donc temps de fuir ce sol aride pour retrouver des contrées presque lointaines mais accueillantes : la Savoie. Je ne me rends pas forcément là-bas pour la pêche, (les micro-centrales sont ce que la renoué du japon est à nos rivières) mais pour la photo, le frais des montagnes et accessoirement retrouver certaines personnes. Cette fois-ci, j’ai quand même amené une canne à mouche, par principe, et par ce que l’eau est un peu plus abondante en cette période que par chez nous. Et au détour d’une sortie avec mon ami Marc, nous avons pu saluer des demoiselles aquatiques à l’accent fort proche du notre.

4. Servez chaud, ou froid, à votre guise

Pour la dégustation de votre met, je vous propose une série de photos de lieux qui sont biens de chez nous (sauf un, attention il faudra le retrouver) !

Pour ces deux photos, il faut l’utilisation d’un filtre infra-rouge (et quelques manipulation en post traitement).

Pause longue, à l’aide d’un filtre ND (Neutral Density, densité neutre pour les moins anglicistes).

Et comme digestif, une petite citation :

« L’eau que vous buvez a été pissée six fois par un diplodocus. » — Paul Émile Victor

 

Bonne dégustation !

Laisser un commentaire

(ne sera pas publiée)

 

(*) champs obligatoires
Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, les données à caractère personnel sont exclusivement collectées pour un usage privée. L'exercice du droit d'accés et de rectification prévu par la loi peut être exercé à l'adresse indiquée dans la rubrique Mentions légales de ce site.