Jason Fossati

Retour au Sources

© Jason Fossati - 23 mai 2014

Pêche de la truite dans le GiffreContrairement à mes amis et collègues Annéciens mon enfance de pêcheur n’a pas été bercé ni par les eaux de la Filières ni par celles du Fier, j’ai fait mes armes sur une des autres grandes rivières Haut-Savoyardes, j’ai nommé le Giffre.

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas cette rivière, le Giffre est une rivière de moyenne montagne dont les nombreuses sources se tiennent sur la commune de Sixt fer à Cheval (900m alt). Il s’écoule sur une distance avoisinant les 50 km (à vérifier) jusqu’à la commune de Marignier où il se jettera dans l’Arve (450m altitude). Sur sont tiers amont, le Giffre possède un profil de torrent de montagne, très minéral avec des successions de zones de rapides munies de gros blocs et de grands radiers de graviers.

 

Son tier médian est très marqué par une faible déclivité et un lit majeur plutôt large impliquant une faible profondeur et de très grands radiers. Enfin sur son tier aval, le Giffre ressemble un peu plus à une rivière de plaine avec des gourds moyennement profonds et des méandres, même si cette dernière partie est majoritairement canalisée. Le giffre compte également plusieurs zones de gorges minérales remarquables, ainsi qu’un certain nombre de barrage hydroélectrique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA   OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Comme tous les torrents de montagnes, le Giffre possède un régime hydraulique semi glacière ce qui implique que le printemps est marqué par l’écoulement des eaux de fontes qui tamponnent les niveaux entre l’étiage hivernal et estival. Point important le relief montagneux peut donner lieu à de très rapides fluctuations des niveaux en cas d’orages, et également à de très violentes crues chargées de matières en suspension.

D’un point de vue piscicole, car c’est là ce qui nous intéresse, je commencerai par préciser que contrairement aux autres grandes rivières de Haute Savoie (Dranses, Bornes, Fier, Filière, Cheran…) le peuplement est beaucoup moins dense. En partie à cause du profil très minéral du cours d’eau (massif calcaire) qui implique une certaine pauvreté en terme de nourriture. Mais aussi à cause des violentes crues qui dévastent les frayères et colmatent les branchies. Les poissons n’ont que peu de moyens de se protéger de ce type de crue car la majorité des affluents sont bloqués par des cascades ou des seuils. Enfin ont peut également incriminer une gestion piscicole (si l’on peut en parler ainsi) vieillissante et peu adaptée, même si une certaine amélioration semble voir le jour.

Pour exemple, le déversement d’alevins Fario de souche Méditerranée (Borne) dans le lit majeur entre deux déversement de surdensitaire Arc en Ciel… Procédé discutable, certains d’entre vous en conviendrez surement.

Avec pour discours le fait que « les pêcheurs veulent prendre du poisson donc il faut qu’on en lâche ». Peu de gestion à moyen terme si ce n’est de l’alevinage, et encore aucune protection particulière n’est apportée en parallèle, pas de réserve, pas de parcours no Kill, une maille à 23 cm et une limite de capture à 5 poissons… font que la situation aura du mal à s’améliorer.

J’habite l’amont du cours d’eau et pêche majoritairement ce dernier, aussi les points évoqués ci-dessus s’y réfère plus qu’a la partie aval que je connais moins.

Malgré ces point « négatifs » rassurez-vous il y a encore quelques poissons à capturer sur le Giffre (fario et Arc), même si nos amis hérons à deux pattes font tout de même encore des ravages sur les rares géniteurs. Et oui les termes no Kill et catch and release, même si il commence à être connu suscitent encore l’incompréhension voir font encore sourire un grand nombre de pêcheurs, ces mêmes pêcheurs qui se désolent qu’il n’y a plus de poisson…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA   OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le profil de la rivière fait que toutes les techniques sont envisageables, pour ma part j’ai pratiqué successivement le toc, la mouche et l’Ultra Léger, avec des résultats honnêtes, même si le toc reste la technique la plus adaptée, à ces postes courts à courant soutenu.

Après avoir délaissé ce cours d’eau (qui passe à 20 m de ma porte) pendant plusieurs saisons, j’ai décidé d’y revenir avec assiduité cette saison, avec des résultats plutôt encourageant jusqu’ici.

La moyenne des poissons capturé oscille entre 17 et 22 cm avec beaucoup de touches sur des petits poissons (15cm) ce qui laisse à penser que si la maille était augmentée, et le nombre de captures limitée, le giffre pourrait retrouver un peuplement piscicole plus que correcte.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avec envions 80 poissons déjà capturés, les sessions s’enchaîne, mais les poissons maillés restent rares (seulement une 15aine). Mais quelques belles rencontres ont lieu, certaines plusieurs fois d’ailleurs, avec la recapture de plusieurs poissons. Comme lundi où j’ai eu la chance de capturer une fario de 28 cm juste après avoir cassé sur un autre beau poisson dans la même gouille. Fario que je recapturerai le lendemain au même endroit, juste avant un combat épique avec une arc en ciel de 37 cm qui m’avait déjà donnée du fil à retordre 10 jour auparavant. Et oui Romain Collomb n’est pas le seul à faire de belle recapture, preuve que le no kill, et le soin apporté au poisson leur permet de reprendre une activité normal assez rapidement.

 

Ce qui m’encourage d’autant plus à faire pression sur les Aappma locales pour que soit mis en place des normes restrictives sur les captures et les tailles des poissons sur le secteur du haut giffre, ainsi que réserve et(ou) parcours no kill afin de sauvegarder et de pérenniser les populations.

Lundi j’effectuai une session de 4h30 sur une parcours d’un peu plus de 1500m en partie amont, au cours duquel j’ai eu la chance de capturer au toc 18 poissons dont 4 maillés et 3 de plus de 27cm (aucune arc en ciel). Tout en décrochant environs une 15 aine de poissons dont plusieurs maillés. Les postes sont constitués majoritairement de blocs placés ça et là dans le cours d’eau donnant lieu à des calmes de plusieurs mètres, les poissons se tenant le plus souvent en fin de ces calmes. Mais j’ai prospecté également quelque postes type contre courant et berges creuses avec de la végétation prononcé qui ont donné lieu à quelques bonnes touches.

Mardi après midi je décidai de reprendre le parcours là où je m’étais arrêté (cad juste devant chez moi^^) continuant ainsi à remonter le cours d’eau sur 2km supplémentaires, mais cette fois-ci avec un profil majoritairement de radiers dégagés et de pools long de plusieurs mètres. Cette session de 3h fut un peu moins fructueuse, les postes étant moins nombreux et plus difficiles à approcher sans se faire voir. Je réussirais tout de même à prendre 10 poissons dont 4 maillés en comptant mes deux recaptures évoquées plus haut, et à décrocher encore une douzaine de poissons.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA   OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les eaux sont encore un peu hautes pour prospecter à la mouches, j’attends donc les beaux jours avec impatience, même si ceux ci amènerons indéniablement les autres désagrément que sont rafing et baigneur présent sur certaines zones. Mais si vous passez dans la vallée du Giffre, n’hésitez pas à me contacter via cette page pour organiser une session truite.

  • xXxPécheurdenantsxXx says:

    Pour commencer Bonjour!
    Moi aussi je suis originaire du haut giffre je peche exclusivement le giffre et ses tres nombreux affluents! Et je vais te le dire franchement tes propos me choque!!!!!! Premièrement sache que l’on se connais ,toi qui critique la gestion piscicole sache que si tu serais un peu plus présent (pas difficile car tu ne l’est pas du tout) tu serais un peu plus au courant et cela t’éviterais du raconter des abominations car
    1: Suite a la crue de 2003 la population piscicole a été en grande partie affectée d’ou les aec!
    2: les déversements d’arc sont interdits et suspendu depuis bientot 3ANS!
    2: La gestions est belle est bien la, un plan de réimplantation de MED autochtone (UNIQUEMENT) est en place depuis maintenant 2ans plus ( Mise en place de caches artificielles, nettoyage des nants, prévention,surveillance et investissement personnel, initiations des jeunes durant tout l’ete réouverture de lac de montagne ouverture de lac de plaine en no kill avec réglementation draconienne ect ect) et j’en passe!
    Cotés AAPPMA sache que pour les réserves actives ou passives NO KILL ect c’est elle meme qui y est opposée!!!!! Tu viendrais au AG (AAPPMA ET société) tu le saurais!
    3: Critiquer se dont tu ne fais pas partie et facile mais sache que la société de peche du haut giffre est un des plus active du faucigny mais également une des plus soudée et cela est rare par ici !!!!!!
    4: De belles peche sont possibles sur le giffre les poissons dépassent les 35/40 sont pas rares et je te parle meme pas des nombreux affluents qui sont juste magique pour certains!
    5: Et suite au peches électriques effectuées avec l’aappma le giffre est en train de tres tres bien ce reconstruire car les résultats sont plus que satisfaisants d’années en années les chiffres parlent d’eux meme je vous les communiques si besoin ! (et ce meme avec la gestion dit déplorable et inexistante que dit connaitre)
    6: Pour les viandar il reste quelques irréductibles originaires de ton village dailleurs!
    Bref sur ce je t’invite toi ou tout pécheurs amoureux de la nature et des belles pèches a venir faire une sortie avec moi pour constater mes arguments!
    A bon entendeur Salut

    • Jason Fossati Jason Fossati says:

      Et bien bonjours à toi. Qui que tu sois, d’ailleurs si tu me connais tu peux te présenter et assumer pleinement tes propos.

      Pour ma part j’assume entièrement les miens à l’époque ou je les ai écris (début 2014). Mais si tu était un peu plus patient tu aurais pu lire en premiers mon rapport sur l’ouverture de cet années (à paraitre) avec les nombreux points positif que j’ai notés. J’ai d’ailleurs envoyé un mail à Jean Paul hier soir pour lui faire part de ma satisfaction.

      Pour reprendre les points de ton argumentaire :
      1 Je suis très au fait des tenant et des aboutissants de la crue de 2003 ainsi que de ses conséquences. Tu me dit « d’où les AEC » rien de mieux pour une population de fario affaiblis que de se voir concurrencer par des arc en ciel, souvent plus massive et plus vorace comme tu dois le savoir.Mais bon en 2003 les mentalités et les connaissances étaient différentes, je ne jette donc la pierre à personne.
      2 Les déversements d’arc en ciel sont interdit par la directive européenne cadre sur l’eau (DCE) qui se fixai jusqu’à 2015 pour s’approcher d’un « bon état écologique des rivière » correspondant à 75% de l’état naturel de nos cours d’eau. Mes propos visait seulement à souligner que nous étions très loin à notre échelle de cet objectif. Qui plus est la dernière fois que j’ai assisté à une assemblée (il y a 1 ans et demi à morillon si ma mémoire est bonne), il était toujours question de programmer des déversements d’arc en ciel sur le Giffre en parallèle des déversements d’alevins de fario de souche… je m’excuse mais cette logique était indéfendable et je l’ai fait savoir, mais on a préférer à l’époque s’assurer du bien être des estivants et locaux.
      2 bis : La réimplantation des truites de souche Med, produites à coté de saint pierre en faucigny, dans les anciens locaux de la » pisciculture du Bien Noyé ». Truite de souche Med qui sont issus de la souche du Borne car les recherches effectuées sur le Giffre lors du projet INTEREG III entre 2000 et 2006, n’ont pas donné de résultat satisfaisant. Donc comme je disais plus haut, j’ai même participé à un des déversement de ces alevins il y a deux ans. Jean Paul avait demandé mon avis sur les sites de déversement, je lui avait proposé un plan cohérent sur les 3 communes (samoens morillon sixt) sur la périphéries du bassin versant dans les torrents et ruisseau. Mais ce déversement c’est fait à la vas vite dans le lit majeur du Giffre avec des alevins tout juste en résorption de vésicule, et ceci en pleine période de fonte des neiges…Un mot Gachis ! Mais je sais que le tir à été corriger en partie par la suite pour rendre honneur à votre travail. Mais je tiens à rappeler qu’un cours d’eau ne s’empoissonne pas de l’aval vers l’amont mais l’inverse, du bassin versant vers le lit majeur et pas l’inverse, mais je suppose que vous le savez déjà.
      Je passerai rapidement sur les points suivant que tu as abordé :
      Cache artificielle : Les blocs dans le giffre à Morillon. C’est une bonne idée, pas de soucis avec ça. Mais pas de quoi s’en gausser sauf si cela rentre dans un cadre plus globale de protection d’une zone définis, ce qui n’est pas le cas.
      Nettoyage des Nants: très bonne initiative également si cela s’inscrit dans le but d’en faire des ruisseaux pépinière, mais pour cela la pêche doit y être interdite et le choix des ruisseaux judicieux.
      Prévention et surveillance : A l’époque la discussion avait été lancé d’installer des panneaux d’information, ont ils été mis en place? (j’espère car c’est une bonne chose, mais je n’ai pas la réponse).
      Initiation des jeunes : Là aussi initier les jeunes à la pêche raisonné est d’une importance capital et bravo à tout les bénévole qui y contribue, mais il y a aussi un gros pavé d’information sur les milieux et les écosystèmes aquatiques où là je pense que nos pêcheurs associatifs ne sont pas assez informé (même si je reconnais volontiers du mieux).
      Réouverture des lac de montagne : parlons en, la gestion du lac des Gouilles est discutable selon moi. Tout d’abord lâcher arc en ciel et saumon de fontaine dans un lac de montagne me fait doucement rire, saumon de fontaine, qui je le rappel est porteur saint d’une maladie appelé furonculose mortel pour les autres salmonidé… Mais bon dans l’absolue ce n’est pas si grave car compte tenu des niveaux de pompage d’hiver, il y a un risque que les poissons ne survivent pas à un hiver sec (chose que je ne souhaite d’ailleurs pas du tout). Mais après tout si adeptes de la pêche tranquille s’y retrouve j’en suis le premier content (même si je pense que c’est de l’argent en partie gâcher). Idem pour le lac au dame, je salue la décision de l’avoir passé en no kill, c’est un pas en avant. Mais ce n’est pas dans le cadre d’une gestion durable, cela reste un défouloir agréable pour que nos jeune pêcheurs puissent capturer de beau poisson.
      Pour les refus des réserves et parcours no Kill par la fédé, j’avoue ne pas avoir d’argument, mais il existe des antécédent notamment dans l’Ain, ou le président d’aappma peut choisir de fixer une maille arbitraire (assez haute) sur certain tronçon pour limiter la pression de pêche.

      3;4;5 Tu as tout à fait raison, je critique sans participer. J’ai participer, j’ai proposer mon aide et mes connaissances et il y a encor peu de temps elle n’était ni requise ni écouter. Pour ce qui est des belles pêche, pas de soucis je n’ai pas à me plaindre de mes prises que je photographie et relâche systématiquement. Je pêche également l’intégralité des affluent du giffre ou je fait d’excellente pêche. Quand au pêche électrique je me réjouis de leurs résultats que je suis grâce au mail de jean Paul.

      Je conclurai en disant que mes critiques étaient certes dur, et qu’en effet je ne participe pas activement à la vie de l’AAPPMA car mon travail m’en tiens éloigné, mais que mes critiques visaient le fond et non la forme. L’AAPPMA du haut giffre est pleine de bonne volonté avec des adhérent très motivés et de plus en plus de pêcheur consciencieux (le ciel soit loué), mais je soulignais juste le fait que beaucoup de travail reste à faire et que nous sommes encore très en retard sur la gestion de nos écosystème aquatique par rapport à ce qui ce fait dans d’autre département.

      Enfin je finirai en disant que j’ai également constaté des améliorations qui demande à se poursuivre.
      Je n’ai pas la prétention de connaitre les milieux aquatique, ou la pêche mieux que tout le monde, loin de là. Cependant si tu me connais tu dois savoir que je suis diplômé d’un Brevet de Technicien Supérieur en Aquaculture et Gestion des Milieux Aquatique ainsi que d’une licence Professionnel en Aquaculture et Qualité des Milieux. Et que j’ai eu l’occasion de travailler avec, ou sur des travaux des fédération de l’Ain et de Haute Savoie. Donc je ne raconte pas « des abomination » mais je constate des faits.

      Je respect tout à fait ton point de vue et tes arguments, preuve à l’appuie je les publient et y réponds, et suis désolé que tu l’ai pris pour une atteinte personnelle. Cet article reflète mon sentiment à un moment donné et ne se voulait pas moralisateur. Se site à vocation à être ludique pour des passionnés, et je ne souhaite en aucuns cas en faire le lieu d’une joute verbale.

      Sur ce « A bon Entendeur Salut »