Jason Fossati

Deux mots : persévérence & chance

© Jason Fossati - 26 septembre 2013

En ce jeudi 26 septembre j’ai la chance d’être de congé, après une soirée passée à armés mes nouveaux leurres, je part pour le lac avec le casse croute dans l’optique d’y passer la journée. What’else?

(Si vous avez déjà lu l’article Intitulé « Retour de vacance » vous aurez peut être remarqué que je suis tout les jour sur le lac^^)

Je prévois de prospecter 3 spot espacés les uns des autres de quelque km, deux postes déja connu et prospecté avec réussite, et un 3ème situé entre les deux, que je n’avais jamais prospecté.

Arrivé sur zone 1 à 11h00, débuté par une prospection légère qui ne donnera pas grand chose une misérable touche en 1 h, quelque banc de perche mais pas d’écho de brochet bien définis. La prospection avec des leurres de taille supérieures ne donnera pas grand chose non plus… Tristesse… sur le chemin du retour je finis par sortir ce que j’estime être l’auteur de la seule touche de la mâtiné, déception il ne sera pas maillé.

J’arrive sur zone 2 aux alentour de 14h après un petit casse dalle pain fromage saucisson, la rupture de pente est très franche ce qui ne me parait pas être un très bon point (si près de la route en tout cas), malgré ca je détecte quelque bande d’herbier dont je craignais l’absence au vus de l’environnement minéral alentour. Malgré cela, après 1h de prospection : rien… Le néant pas un banc de perche, pas une touche et pas un poisson de 8 à 15m de fond. Re déception.

Direction dernier spot, je décide de prospecter tout d’abord un peu les alentours que je connais moins, la encore grosse déception, peu de perche, pas de touche. Je commence à croire que je suis maudit. Je reviens donc au fondamentaux, la zone que je connais bien (dernier espoir après je me pends^^). Un gros banc de perche mais proche du bord dans 8m d’eau, je tente quand même, tout de suite sur des leurres de tailles importante (un seul leurre d’ailleurs Pulse 14cm). Une première touche dans 10m d’eau (aha suspense) suivi peu après d’un poisson qui devait être tout juste maillé mais qui se décrochera devant le float. En insistant encore une seconde touche calé au fonds cette fois ci plus puissante qui me laissa perplexe une petite minute. La dérive suivante se soldera par un grand coup de tête à la remonté sous le float et c’est un petit poisson juste maillé qui se laissera photographier avant de repartir tranquillement.

A noter que j’ai du palmer direction la berge pour demander à des baigneurs de me prendre en photo, et avec du recul je repense en souriant au mec qui me dit « ah c’est un joli poisson! », je lui ai répondu que c’était plutôt petit mais que c’était déjà ça.

Je repart donc me positionner au large et recommence à pêcher dans le même banc de perche (qui faisait bien 30 m de long sur 5 de haut), encore deux petites touches (la chance est de retour ou les poissons sont actifs). Sur un coup de tête je décide d’un lancé au large à la sortie du banc de perche (dans 15m à vue de pieds). Et la c’est le drame !

Après quelques tour de moulinet sur mon Alpax, touche nette ! ferrage ! coup de tête lent et lourd ! (Panique!) La canne se cintre mais le poisson se laisse traîner, à ce stade je sais que le poisson est de belle taille à la sensation de poids mord au bout de la tresse. Néanmoins je ne serai fixé qu’au premier rush appuyer qui est intervenu comme souvent lorsque le poisson voit la lumière (et surement le float) dans les 5 derniers mètres de profondeur. Là s’est engagé un combat dont je me souviendrai (rappelons que je n’en suis qu’a ma 2nd saison au carnassier) avec des rush puissant ou mon moulinet perdait rapidement 10m de tresse. A ce stade je n’ai encore pas aperçus mon collègue de jeu qui continue à replongé pendant 5 bonne minute au point de me faire dé serrer légèrement le frein plusieurs fois. 2 minute plus tard j’aperçois enfin le-dit bestiaux qui vient effleurer la surface, juste le temps pour moi de voir que le triple est pris très au bord de la gueule (comme à mon habitude de ferrer trop tôt).Je n’aurai pas l’occasion de l’observer bien longtemps avant qu’il ne me reprenne tout l’avantage que j’avais acquis, me forçant même à dé-serrer encore d’un cran mon frein. Cependant suite à ce dernier rush particulièrement violent, le brochet se montrera un peu plus docile et reviendra plus rapidement en surface ou je pourrai enfin, à bout de bras, lui passer la tête dans l’épuisette (où il se décrochera d’ailleurs tout seul…)

Brochet - Float tube - Lac d'Annecy

S’en suivra bien sur une succession de cri de joie plus ou moins bestiaux (aux grand étonnement des baigneur je pense). Et un retour vers le baigneurs sus mentionné pour une séance photo, moi le sourire jusqu’au oreille en lui disant « voila ! là c’est gros! « .

La fin de journée ne donnera plus rien mais de toute façons la journée était gagné à ce moment là. Mon 2ème métré de la saison et oui même à 1m00 ça compte, un poisson qui à cela dit bien profité de la période estivale, lourd et large de tête. En un mot massif. Loin d’un poisson trophée par rapport à ce qui peut se faire sur Annecy mais content quand même.