Charles Aubert

Sagesse de l’eau !

© Charles Aubert - 3 août 2016

Salut les pêchus ! C’est avec plaisir que je prends de nouveau la plume (et du clavier); non pas pour principalement partager mes moments et mes aventures à la pêche, ni pour présenter les plus beaux poissons de l’année, mais simplement m’exprimer et présenter quelques expériences et mon point de vue sur la pêche en générale. Je ne vise personne en particulier. Mais souhaite, par le biais d’Annecy Pêche, expliquer un point de vue et vous montrer qu’un pêcheur peut être responsable, tolérant, puisse faire des erreurs et partager ses expériences.

Photo_Bord-du-Lac_ANNECY-PECHE

Membre bénévole depuis cette année à la fédération 74, je me suis engagé, pour d’abord comprendre le fonctionnement de la Fédération, avec les AAPPMAs et ainsi aider au rôle de la fédération. Mais quelle est son rôle ? C’est avant tout, travailler à la préservation de nos lacs, de nos rivières afin d’assurer un milieu aquatique fonctionnel et ainsi rendre la pêche durable pour tous. Un rôle qui peut être vue comme trop globale, cependant il me semble important que cours d’eau, rivières, lacs, mers et océans, soient perçus comme un ensemble et non comme des milieux séparés. Et la fédération est là pour fédérer les actions des AAPPMAs et des pêcheurs pour préserver le milieu et proposer la pêche à tous. Ce sont des actions locales avec une pensée globale.

Nombreux sont les « dires » sur les AAPPMAs et sur la Fédération. Que ces derniers ne font pas bien ceci ou cela, et/ou qu’ils utilisent mal les budgets, et que certaines choses ne vont pas. C’est fort possible dans certains cas.
Mais sachez qu’il n’est pas simple à notre époque de faire bouger/prévoir les choses aussi bien d’un point de vue idéologique que technique, notamment avec une règlementation complexe.
En effet, il faut comprendre que les rivières et lacs se trouvent sur des parcelles privées ou publiques, que l’eau est à partager et qu’elle n’est pas réservé au pêcheur. Pourtant, le pêcheur à un rôle, et oui, c’est lui qui en premier lieu peu connaître la qualité d’une rivière et donc de son état. Si celle-ci est propre, libre de ses mouvements et qu’elle soit propice à la vie. Le travail de certaines fédérations au niveau des études sont très poussés et j’en profite d’ailleurs pour les féliciter.
Enfin, définir des règles, gérer des bassin versants et des zones humides ne sont pas des choses faciles. Cela  ne se fait pas par un coup de baguette magique. Nombreux sont les acteurs locaux Les choses prennent du temps et c’est en initiant aujourd’hui que l’on créera demain. Il faut être patient, comprendre, persévérer et recommencer s’il le faut.

Tout comme une bonne partie de pêche, il y a la préparation, le jour J, l’attente (parfois non) et puis ce moment tant recherché, la Touche ! Malheureusement ça ne fonctionne pas à tous les coups et on peut encore perdre le combat. Il faut donc savoir rebondir et y retourner. Un échec ne peut que laisser place qu’à un meilleur départ.

Pourtant une chose me tracasse profondément. Nombreux sont les pêcheurs qui souhaiteraient que les choses changent.
Que nous soyons plus entendu au niveau des AAPPMAs comme au niveau politique, et, que nos voix comptent pour que les choses changent ou évoluent…
Malgré notre nombre important d’adhérents, c’est difficile… ne cherchez pas ! Déjà, on ne s’entend pas !

Une maladie des temps modernes ! Mais où sont les pêcheurs ? Heuu… Si déjà ils s’entendaient…

Sommes-nous trop occupés à présenter la taille de notre poisson, savoir qui a la meilleur canne… ? Des heures et du temps à passer sur les réseaux.
Et lorsque l’on demande aux pêcheurs de venir à l’AG, il n’y a que peu de monde, et surtout très peu de jeune de 20-35 ans.
Imaginez un politicien présent à une AG de 2000 adhérents qui se retrouve avec 50 personnes faces à lui, comment croyez-vous qu’il considère ensuite les pêcheurs faces à des entreprises en développement, qui génère du travail.
Peut-être sommes nous trop débordés ? Ou à simplement à s’occuper de nos affaires ? Nous n’avons plus le temps ? Mais l’argent ? Je paie donc j’ai (les temps modernes). Sommes nous devenus malades ? Malades du temps, de l’argent et du tout « tout de suite » !
Et pourtant, j’entends encore à l’oreille qu’une carte de pêche à 100€ est trop chère pour certains, alors que ceux-ci (souvent) sont prêts à mettre des milliers par année dans du matériel et « de pêche ».
Pour finir, on trouve de nombreux commentaires agressifs sur les réseaux sociaux; gratuits, faciles, et n’apportent rien à part peut-être un défoulement personnel anti-stress. Serait-ce dût à notre siècle, avec l’arrivée si rapide des moyens de communication et de la technologie… ? Je ne crois pas. Ce n’est pas la technique (la forme) qui compte mais ce qu’il y a au fond.
Et au fond qu’est-ce ? C’est notre passion : la pêche !

Cette passion commune et qui nous anime tous, c’est belle et bien celle de la pêche ! Cette passion… ce moment présent… ne peut qu’avoir lieu que parce qu’il y a eu un passé. Remercions nous anciens, même si ceux-ci ont pu faire des erreurs. Le demain de la pêche c’est vous… vos enfants, vos rivières, vos eaux vous écoutent !

Ce qu’il manque aujourd’hui c’est une identité commune entre pêcheurs !
Et c’est avec Annecy Pêche que j’ai pu redécouvrir cela !
Grâce à des moments partagés avec une passion commune : la pêche; mais avec tout ce qui il y autour, c’est à dire son milieu, au delà des frontières des AAPPMAs et de la Fédération, des techniques, des capots, des tensions des bons moments.
En plus de nos sorties, nous organisons des rencards des pêchus ! Un moment convivial là il ou n’y a pas de tabou mais un réel échange. On parle alors des viandards, des No-killeur, des pro-gambeurs, des hommes palmés… et j’en passe. Il faut de tout pour faire un monde, le monde de la pêche aussi, mais et il faut un juste milieu auquel nous rattacher.
C’est primordial pour l’avenir de notre passion !

Que vous soyez « tocceurs », « moucheurs », « gambeurs », « spinneurs », « canneurs » (il se reconnaitra)…. je vous invite à vous rassembler, échanger avec les autres et de venir seul ou en groupe à vos AG. Et si le temps vous le permet d’être acteur dans vos rivières, cours d’eau comme de milliers de bénévoles le font déjà. Si chacun fait un peu, ça fait un Grand peu pour finir par quelque chose de géant !

Devenir un bon pêcheur, c’est aussi devenir un pêcheur actif, tolérant et responsable.
Pêcher avec raison c’est ma passion !

Pour terminer et en images, je vous laisse découvrir une vidéo réalisée il y a déjà quelques années en Asie.
Un moment d’exception à Pêcher l’espadon voilier. Cependant, malgré la superbe expérience, celle-ci m’a fait réféchir. En effet ce poisson est protégé par le Roi, la remise à l’eau est obligatoire d’autant plus que nous pêchons dans une zone de reproduction. De ce fait, le lieu est devenu ultra-convoité par la pêche touristique. Malgré les précautions, les hameçons modernes , la population diminue. Est-ce l’impact direct d’une pêche sportive de masse ? Je ne peux l’affirmer ? Mais au lieu de prendre un ou deux poissons, le but est d’en prendre le plus… malheureusement tous ne survivent pas même avec les pros !
Comme quoi, on peut se poser la question : le no-kill, est-ce la solution d’une pêche durable ?

http://wegoodlife-blog.tumblr.com/tagged/Fishing-in-Malaysia

  • PARISSE says:

    Bonjour félicitationssss pour vos commentaires et article sur pêche en Ecosse
    En préparation de notre séjour circuit découverte Ecosse mois de mai 15 a 20 jours , pêcheur en mer différents pays ( souvent Madagascar Ste marie Maroc Akhfennir )il me serait agréable de profiter de ce séjour pour faire 2 a 3 jours de pêche saumon , je voudrais avoir quelques conseils renseignement adresses de votre part néophyte et ne possède pas de matériel pour ce genre de pêche sinon que beaucoup matériel moulinets cannes leurres pêche mer vous remerciant du suivi cordialement