Charles Aubert

Le Lac Bramant

© Charles Aubert - 28 août 2016

Fin du mois d’août 2016, en compagnie de mon frère David et ami Cédric, nous décidons de passer ensemble un weekend de pêche en lac de montagne. Après délibération, c’est avec grand enthousiasme que nous prenons la route direction le col de la Croix de Fer en Savoie pour la découverte du Lac Bramant et du Lac Blanc.

Une sortie en lac de montagne comme on les aime.

lac-bramant

Au préalable, Cédric a réservé des places au refuge de l’Étandard. Se refuge se situe à 2430 m d’altitude au pied du Lac (50m) et dispose d’une vue incroyable sur Belledone, un lieu prisé des Alpinistes.

Il y a un peu plus d’1h10 de marche depuis le col de la croix de fer… il fait chaud et « ouf » on arrive, merci le panneau.

vue-depuis-le-refuge

Au refuge, il est également possible de commander un repas avec la nuit. Ce que nous avons fait, mais je ne le recommande pas.
Arrivés sur place fin de journée… nous avons à peine eu le temps de monter les cannes et de faire quelques lancés que la soupe est prête et il faut passer à table.
Ce premier repas nous fait presque rater le coup du soir ! Le repas n’est pas exceptionnelle mais copieux, on s’attend à voir au moins du fromage local…et non, un camembert de chez Metro… Malgré cela, ce moment reste conviviale et nous a permet entre 2 plats d’échanger quelques blagues et partager un peu de nos passions avec nos voisins de table. Ces derniers, des grimpeurs originaires de Grenoble et du sud de la France sont venus pour réaliser le pic de l’Etandard. Des passions se rencontrent.

À peine la part de tarte avalé au dessert, nous voilà partie pour les 40 minutes qu’il nous reste avant le couché du soleil… On gratte, on marche on cherche et les premiers poissons mordent.

La belle première par Cédric :

14111976_10208829903936775_2120463750_n
C’est l’heure de rentrer, demain la grande journée…

Debout avant 6h du matin, nous ne sommes pas les premiers levés du Refuge…Les alpinistes se sont levé à 3h du matin et les pieds sur le planché en bois ont eu raison de notre sommeil. La journée s’annonce dure ! Mais nous partons à la pêche avec le sourire.

Le matin est difficile, nous tentons désespérément différentes techniques, leurres, cuillères, streamers et nymphes mais rien n’y fait. Nous tentons donc à la pêche aux vairons, pas facile d’en trouver, mais Cédric à l’œil… et les premiers poissons sont fait avec le sion de la canne à mouche. Après quelques minutes, nous en avons suffisamment pour la matinée.

Il ne faut pas attendre plus d’une heure pour que nous entendions le premier « fishhhh…. ».
Cédric a encore frappé, et c’est le début d’un festival de poisson qui va s’enchainer pour cette journée magique.
Saumon de fontaine, Omble, Cristivomer, Fario…

À trois, nous comptabiliserons plus d’une 60aine de poissons. Les poissons sont quasiment tous maillés. Cependant, il a l’air de manquer une taille dans ces lacs. (12-23 cm)
Nous pratiquerons du « catch and release » et tous les poissons seront remis à l’eau.

Nous garderons le souvenir d’un weekend de pêche incroyable tant par la beauté du paysage que par la partie de pêche.

Une chose nous chagrine tout de même. C’est le nombre de petite truite morte au bord du Lac Blanc (hameçon arraché de la gueule) et les déchets laissés par les pêcheurs (fil de pêche, boite de vers…).
Certains pêcheurs préfèrent sauver un hameçon plutôt qu’une truite, et « oublier » leurs déchets… Est-ce pour marquer leur territoire ? Un réel problème d’éducation se pose. À nous de changer les choses ! Soyons positif pour 2017: échangeons, évoluons sur notre manière de pêcher et préservons nos ressources. Pour l’avenir de la pêche !

Je recommande à tous de découvrir ce lieu dans le respect, idéalement juillet/août.
Bien vérifier la météo avant et s’assurer d’avoir la réciprocité si vous avez la carte de pêche de Haute-Savoie car le lac est en Savoie. Il est possible de faire l’aller-retour sur une journée mais je conseil vivement de dormir la haut et prendre le temps d’un weekend. On peut dormir en bivouac (nombreux sont les endroits au bord du lac) ou réserver le gîte, en lien le site internet: http://refugedeletendard.ffcam.fr/

Merci David et Cédric pour ces moments partagés.

En vous souhaitant un très bon début d’année à tous et une excellent année halieutique 2017.
Charles de l’équipe Annecy Pêche.

  • Manu says:

    Salut ! Votre sortie me rappelle des souvenirs. J’ai fait une sortie là bas 1 mois avant ! J’ai aussi cherché les vairons 😉 Une fois trouvé, ça va vite 🙂
    Par contre je suis surpris sur la mortalité et les déchets. Je n’ai pas vu spécialement de truites mortes au bord. J’ai quand même vu un cristi mal en point mais je ne sais pas pourquoi… Et pas vu de déchets de pêcheurs non plus…
    Ceci dit, le lac est très fréquenté par les pêcheurs. Il est relativement accessible. Et le jour de ma sortie, j’en ai vu plus d’un repartir avec leur quota au fond du sac…
    L’empoissonnement reste bon quand même.
    Ca reste un bon spot qui donne bien… mais il faut trouver la pêche ce qui n’est pas toujours évident…
    Pour ma part j’ai privilégié l’option de dormir au col et de partir à la frontale pour économiser la nuit au refuge.
    Bravo pour le récit !